Accueil / Glossaire

Glossaire

Abattage :
Opération qui consiste à faire tomber un arbre en le coupant à la base.

Aboutage :
Technique d’assemblage des bois par collage bout à bout. L’aboutage permet de renforcer considérablement l’homogénéité, les qualités mécaniques du bois et l’esthétique.

Aggloméré :
Matériau composé de fins copeaux de bois provenant de rondins et de recyclage de produits connexes provenant de la première transformation du bois, pressés et collés. Appelé aussi panneau de particules.

Arasage :
Diminution de la partie d’une pièce qui doit s’emboîter.

Araser :
Amenuiser une planche, une pièce qui doit s’emboîter dans une autre.

Arbalétrier :
Pièce de bois faisant partie d’une ferme, reliant le bas de rampant et le faîtage.

Arêtier :
Pièce de charpente droite ou courbe placée à la rencontre des deux versants d’un comble.

Armillaire (ou maladie du rond) :
Armillaria obscura.
L’Armillaire est répandu dans le monde entier : c’est actuellement l’agent pathogène causant le plus de dommages sur le massif landais. Il se développe sur les racines et à la base des troncs : un éclaircissement de la totalité du feuillage apparaît, puis la teinte vire au brun foncé. La propagation se fait essentiellement par l’intermédiaire des rhizomorphes souterrains et par contact des racines contaminées. Ce champignon attaque non seulement les arbres âgés, mais de plus en plus les jeunes semis vigoureux dès l’âge de 2 ans. Il existe deux méthodes de lutte contre l’armillaire :
– la lutte curative par désinfection chimique de sols contaminés au bromure de méthyle (traitement onéreux et dangereux),
– la lutte préventive par substitution d’essences, extraction des souches après coupe rase, et création d’un fossé autour de la zone contaminée.

Aubier :
Région externe du bois correspondant aux couches les plus récemment formées, de coloration souvent moins accusée, plus ou moins distinctes selon les essences, et dont les cellules, vivantes sur l’arbre vivant, contiennent des matières de réserve.

Autoclave :
Le traitement par autoclave imprègne le bois d’une solution antiseptique à base de cuivre et de sels boriques sous vide d’air. Le bois traité à cœur en autoclave est ainsi plus résistant aux champignons et pour une grande partie aux insectes.

Avivé :
Bois équarri par enlèvement des bords irréguliers ne présentant que des arêtes à 90°.

Bandeau :
Planche de bois ou de panneau formant un habillage ou fixée en bout des chevrons et sur laquelle se fixent les crochets de gouttière.

Bardage :
Éléments d’habillage d’une construction : rainurés, ils s’emboîtent l’un dans l’autre comme du parquet.

Bbio / Bbiomax :
Besoin bioclimatique conventionnel en énergie d’un bâtiment pour le chauffage, le refroidissement et l’éclairage artificiel. Il est sans dimension et exprimé en nombre de points.

Bille :
Tronçon d’un tronc d’arbre.

Billon :
Partie d’une bille de bois – Morceau d’un fût.

Bleuissement :
Détérioration du bois par la résine qui circule dans le bois et qui finit par pourrir.

Bois d’industrie :
Bois rond en principe non apte au sciage, déroulage ou tranchage, et normalement destiné à des emplois industriels: bois ronds (poteaux, bois de mine), bois de trituration (panneaux, pâte à papier).

Bois d’oeuvre :
Bois affecté à des usages nobles : charpentes, menuiserie, tranchage, déroulage.

Bois de déroulage :
Bois homogène de qualité permettant un débit en feuillets par une lame fixe attaquant le billon tangentiellement.

Brunissement :
Coloration chimique du bois, apparemment due à l’accumulation et à l’oxydation de dépôts dans certaines conditions, pendant le séchage de certains bois, soit à l’air soit au séchoir.

Caillebotis :
Panneau constitué de baguettes assemblées en quadrillage.

Caissage :
Ensemble des produits destinés à l’emballage (caisse, palette).

Carrelet :
Pièce de bois de section carrée, de 15 à 50 mm de côté.

Cerne :
Cercle concentrique de bois, visible sur la section radiale d’un tronc grâce à la différence d’aspect et de coloration entre le bois final (ou d’été) plus foncé, et le bois initial (ou de printemps) plus clair. Le nombre de cernes augmente chaque année et indique donc l’âge des arbres.

Céruser :
Action de teinter un bois nu en creusant ses fibres et en y introduisant une cire teintée.

Chenille processionnaire du pin :
La chenille processionnaire est un insecte appartenant à l’ordre des lépidoptères. Nom latin : Thaumetopoea pityocampa. Cette chenille est la forme larvaire d’un papillon nocturne de teinte beige, de 3 à 4 cm d’envergure.
Télécharger la fiche pratique « Un milieu fragile » > chapitre « Les insectes » en page 2.

Chevron :
Pièce de charpente fixée sur les pannes de couverture et recevant les liteaux.

Cime :
Sommet d’un arbre.

Clin :
Habillage d’une construction dans laquelle les éléments se recouvrent l’un l’autre à la manière des ardoises.

Cochonnet :
Partie visible de l’extérieur du cadre dormant de menuiserie.

Coeur :
Partie centrale du tronc et de sa ramification comprenant la moelle et les couches d’accroissement les plus immédiatement voisines.

Conifères :
Arbres qui appartiennent à l’ordre des Coniférales et qui portent des feuilles en forme d’aiguilles ou d’écailles. La grande majorité des conifères possèdent des organes reproducteurs en forme de cônes. De plus, la plupart d’entre eux produisent une résine, d’où le nom de résineux que l’on donne souvent à ces arbres.

Conservation des bois par aspersion :
Cette méthode consiste à créer et à maintenir artificiellement un brouillard d’eau au dessus du stock.

Contre-souche :
Deuxième bille à partir de la souche

Contrecollé :
Assemblage de pièces de bois (ou panneaux) par collage à plat, pour augmenter l’épaisseur ou la largeur.

Contreventement :
Pièce de bois ou panneau servant à assurer la stabilité d’un ouvrage.

Copeaux :
Éclats, morceaux ou rognures qu’on enlève du bois avec un instrument tranchant.

Coupage :
Mot employé dans le domaine du lambris. C’est la découpe d’une frise transversalement pour ramener à une longueur nominale, ou pour purger les défauts.

Cubage :
Détermination, à partir de dimensions caractéristiques (longueur, diamètre, circonférence) préalablement mesurées du volume d’un arbre.

Débardage :
Transfert des bois courts par portage entre la zone où ils ont été abattus et un lieu accessible aux camions.

Débusquage :
Transfert des bois, généralement longs, par traînage entre la zone où ils ont été abattus et un lieu accessible aux camions.

Déchiqueteuse :
Machine qui réduit en copeaux des résidus de sciage et des billes de bois de dimension ou de qualité inacceptables pour le sciage, au moyen de couteaux fixés sur un disque ou un tambour animé d’un mouvement de rotation.

Défrichement :
Supression de la forêt pour une autre utilisation du sol.

Délignage :
Équarrisage des planches par enlèvement des bords irréguliers.

Délignure :
Chute de délignage.

Densité :
– Rapport entre la masse volumique d’un échantillon de bois anhydre et celle d’un volume d’eau égal au volume de cet échantillon à un degré d’humidité qui doit être précisé, par exemple : à l’état vert, ou sec à l’air, ou anhydre.
– Dans la terminologie de Braun-Blanquet la dispersion moyenne ou distance moyenne des individus d’une même espèce dans un groupement végétal.
– En industrie du bois, il s’agit du rapport entre la quantité de particules ou de fibres d’un panneau et la surface de celui-ci

Dépressage :
Desserrement des semis des essences à développer, pour favoriser leur croissance et éliminer les sujets mal conformés ou malades.

Déroulage :
Mode de débit d’une bille de bois en une feuille mince et continue à l’aide d’une dérouleuse.

Dérouleuse :
Machine qui effectue le déroulage en maintenant à ses deux extrémités une bille animée d’un mouvement de rotation devant un couteau parallèle à son axe d’où se détache un énorme copeau ou ruban continu qui a pour largeur la longueur de la bille.

Duramen (ou bois de coeur) :
Cylindre de bois inactif, imprégné de tanins de couleur foncée, situé autour de la moelle d’un arbre d’un certain âge.

Duraminisation :
Processus de transformation de l’aubier en duramen. Les tissus meurent, se chargent en tanins.

Ecimer :
Couper la tête d’un arbre. Synonymes : étêter, éhoupper

Eclaircies :
Coupes d’amélioration qui consistent à enlever les sujets les plus petits et (ou) mal conformés, pour permettre aux plus beaux arbres de se développer.

Ecocertification :
L’écocertification ou la certification de la gestion durable des forêts, consiste en la délivrance, par un organisme indépendant, d’un certificat garantissant que la gestion des ressources naturelles des produits commercialisés respecte un cahier des charges. Ce dernier comprend des exigences soit en terme de procédures de gestion des ressources naturelles, soit de niveau de performance de cette gestion, ou, soit les deux. La certification concerne d’une part la gestion des forêts proprement dite, et d’autre part, les produits issus de ces forêts avec la mise en place d’un processus de traçabilité ou chaîne de contrôle de l’origine des bois. Il existe 5 systèmes de certification dans le monde. La France a choisi le PEFC (Pan European Forest Certification) mieux adapté à la petite propriété forestière. A noter le caractère non obligatoire de cette démarche.

Ecorce :
Partie extérieure du tronc d’un arbre.

Elagage :
Coupe au ras du tronc des branches basses d’un arbre de façon à améliorer la qualité du bois qu’il fournira.

Entrait :
Élément de la ferme, pièce de bois horizontale servant à retenir les arbalétriers.

Equarri :
Se dit du bois débité de façon que sa section transversale soit sensiblement rectangulaire, les arêtes pouvant ou non être flacheuses.
Le terme « équarri » peut être spécifié en indiquant le nombre de faces dont on a enlevé la partie arrondie : « équarri deux-faces », « équarri trois-faces », « équarri quatre-faces ».
On utilise souvent deux machines pour obtenir un équarri quatre-faces, la bille passant d’abord dans une première scie à rubans jumelés ou dans une équarrisseuse-déchiqueteuse où on lui enlèvera deux côtés opposés puis, après retournement, dans une seconde machine où on enlèvera les deux autres côtés. Ces deux opérations sont en certains cas effectuées par une seule machine qui comporte des porte-outils en paires, à l’horizontale comme à la verticale.

Essence :
Famille, espèce à laquelle appartient un arbre.

Exploitation forestière :
(1) Sens large : ensemble des opérations et activités d’abattage, façonnage et transport de bois, jusqu’à un dépôt plus ou moins provisoire, ou jusqu’à la porte de l’usine, qu’il s’agisse de bois d’œuvre ou de chauffage, ou de tout autre produit forestier.
(2) Sens restreint : entreprise destinée à procéder à des opérations et activités d’abattage,

Façonnage :
Première transformation des arbres abattus en forêt, qui comprend une ou plusieurs opérations dont l’ébranchage, l’écimage, le tronçonnage, l’écorçage et le déchiquetage.

Fermes :
Principaux éléments porteurs de la structure des combles, destinés à recevoir les différents éléments constitutifs de la toiture.

Fermettes :
Fermes utilisant des sections de bois de plus faibles dimensions assemblées par des connecteurs métalliques ou des goussets en contreplaqué.

Flache :
Partie de la périphérie de l’arbre restant sur une planche qui présente ainsi une forme arrondie à la place des arêtes.

Fongicide :
Qui détruit ou empêche le développement des micro-organismes végétaux (lichens, moisissures, mousses).

Frise :
Pièce de bois ayant été sciée des quatre côtés.

Fût :
Tronc d’un arbre.

Gélivure :
Fente et gerçure des arbres causées par le gel.

Gerce :
Fente produite par la dessiccation dans une pièce de bois.

Grume :
Tronc d’arbre abattu et ébranché, recouvert ou non de son écorce.

Grumier :
Camion pour le transport des grumes.

Houppier :
1) Cime d’un arbre, abattue lors de l’étêtage.
2) Le terme houppier s’étend aussi à l’arbre ébranché auquel on n’a laissé que sa houppe

Hybride :
Croisement entre deux variétés d’une même espèce ou entre deux espèces différentes.

Hydrofuge :
Se dit d’un produit qui, appliqué en enduit ou mêlé à la masse d’un matériau, préserve de l’humidité par obturation des pores ou modification de l’état capillaire de la surface.

Ignifuge :
Matériau traité de telle sorte que son inflammabilité soit diminuée, retardée ou supprimée.

Imputrescible :
Qui ne peut pourrir. Terme employé pour les bois capables de résister plus de 20 ans, aux conditions climatiques les plus agressives (eau, mise en terre…).

Insufflation :
Technique de pose des matériaux d’isolation en vrac à l’aide d’une machine spécifique. A ne pas confondre avec le soufflage.

Kraft :
Papier très résistant utilisé principalement pour l’emballage

Lambris :
Planches fines, étroites, très décoratives, utilisées pour recouvrir les plafonds et les murs intérieurs.

Lamellé-collé :
Pièce de bois reconstituée par collage et aboutage de planches étroites et fines.

Liteau :
Pièce de bois fixée sur les chevrons et recevant les tuiles.

Madrier :
Pièce de bois de charpente.

Marqueterie :
Procédé employé par les ébénistes pour réaliser des motifs décoratifs par collage de menus morceaux de bois de diverses couleurs.

MDF ou medium :
Il s’agit d’un panneau de fibres à moyenne densité. Ce panneau dit « de process » est fabriqué à partir de fibres de bois et d’un liant synthétique.

Mortaise :
Entaille pratiquée dans une pièce de bois pour y recevoir le tenon d’une autre pièce afin de les assembler.

Noeud :
Partie d’une branche englobée dans le bois.

OSB Panneau :
De l’anglais Oriented Strand Board. Panneau composé de longues lamelles de bois, orientées et disposées en trois couches croisées, collées et pressées.

Ossature :
Ensemble des pièces de bois formant la structure porteuse d’un mur.

Panne :
Pièce de charpente porteuse entre deux murs ou deux fermes supportant les charges de couverture.

Panneau :
Famille d’éléments plans dérivés du bois comme les panneaux de particules, les contreplaqués, les lattés, les panneaux de fibres et les panneaux OSB.

Panneau de particules :
Panneau composé de fins copeaux de bois provenant de rondins et de recyclage de produits connexes provenant de la première transformation du bois, pressés et collés.

Pare vapeur :
Film ou membrane de faible épaisseur non perméable à la vapeur d’eau disposée contre le parement intérieur des locaux à isoler et visant à réguler la diffusion de la vapeur d’eau dans la paroi et éviter les phénomènes de condensation.

Pare vapeur :
Film ou membrane de faible épaisseur non perméable à la vapeur d’eau disposée contre le parement intérieur des locaux à isoler et visant à réguler la diffusion de la vapeur d’eau dans la paroi et éviter les phénomènes de condensation.

Parquet :
Planche de bois moulurée pour la confection de sol.

Perméance :
Caractéristique d’un matériau sur sa capacité à laisser passer la vapeur d’eau.

Pin maritime (ou pin des landes), pinus pinaster :
Arbre de la classe des Conifères. Le nom pinus pinaster provient du celte pen : tête, et du nom latin du Pin parasol : maritimus, adapté à un climat doux et humide, normalement à faible distance de la mer, surtout en France ; et de pinaster : nom des pins, au sens large, dans l’Italie latine.
Noms usuels : Pin maritime ou Pin des Landes, Pin de Bordeaux, Pin à trochets, Pinastre, Pin de Corte.

Plantation :
Action de planter des arbres par semis direct ou plantation de plants, en vue de la création de forêts, ou peuplements forestiers, ou plantations, le plus souvent destinés à produire du bois ou à protéger le sol et les eaux.

Plot :
Bois non scié non déligné.

Pont thermique :
Source de déperdition d’énergie thermique sur une paroi présentant un manque d’isolation localisé du a un impératif structurel. Les ponts thermiques peuvent être limités selon la technique d’isolation utilisée.

Poutre :
Nom donné à une pièce de bois massif, lamellé-collé, composite ou LVL de forte section supportant d’autres éléments de charpente ou de plancher.

Programme Européen des Forêts Certifiées (PEFC) :
Le PEFC a pour objectif de garantir au consommateur que les produits en bois (ou dérivés) qu’il achète, ont été fabriqués à partir de bois récolté dans les forêts gérées durablement.

R :
Résistance thermique exprimée en m².K/W

Résine :
Substance collante et insoluble dans l’eau produite par certains résineux (pins et sapins).

Sablière :
Pièce de bois continue placée à plat sur le dessus d’un mur et destinée à supporter les chevrons. Dans un mur en ossature bois, la sablière contribue à la rectitude des différents éléments du mur.

Sarking :
Technique de pose d’une isolation par l’extérieur en toiture. Issue des ouvrages alpins, cette technique permet d’obtenir une surface ininterrompue d’isolant sur la toiture.

Sève :
Partie fluide des tissus végétaux. On distingue deux types de sève :
– la sève brute (ou sève ascendante) principalement composée d’eau et de sels minéraux absorbés par les racines et circulant dans les vaisseaux du bois.
– la sève élaborée (ou sève descendante) contenant des matières organiques et minérales, circulant dans les tubes criblés du liber

Siccité :
Inverse du taux d’humidité : Siccité (en %) = 100 – Humidité (en %).
Exemple d’applications pour le bois en fonction du taux de siccité :
Taux de siccité d’environ 8% : ébénisterie
Taux de siccité d’environ 12% : menuiserie et bois collés
Taux de siccité d’environ 18% : rabotage et bois secs pour l’expédition

Solive :
Pièce de bois servant à recevoir les éléments du plancher.

Souche :
Partie d’un arbre, constituée par le début du tronc et les racines, qui reste en terre après abattage

Sur écorce :
Se dit pour un cubage de bois comprenant l’écorce.

Sylviculteur :
Personne qui pratique la sylviculture (gestion, entretien et exploitation des forêts).

Sylviculture :
Science et techniques de culture des peuplements forestiers.

Tenon :
Extrémité d’une pièce de bois diminuée d’une partie de son épaisseur, que l’on fait entrer dans une mortaise, c’est-à-dire dans un trou de même forme et de même grandeur fait dans une autre pièce.

Tranchage :
Opération effectuée à l’aide d’une trancheuse et qui consiste à débiter, sous forme de feuilles plus ou moins épaisses, un morceau de bois préalablement séché.

Trancheuse :
Machine lourde à bâti rigide destinée à produire des feuilles de placage par tranchage et composée d’une table horizontale ou verticale sur laquelle est griffé un quartelet de bois, et d’un porte-outils comportant un couteau précédé d’une barre de pression.
Note : Les feuilles de placage sont obtenues par un mouvement de va-et-vient soit de la table, soit du porte-outils, suivant la conception de la trancheuse.

Traverse :
Pièce de bois généralement horizontale fixée entre deux montants.

Tronçonnage :
Action consistant à découper des arbres abattus et ébranchés.

Volige :
Dans la construction : planche de bois servant de support à différents types de couverture. Les voliges ont une section rectangulaire, leur largeur varie de 8 à 20cm et leur épaisseur de 8 à 27mm

UP :
Coefficient de transmission thermique d’une paroi exprimé en W/m².K. Il se calcule à partir des déperditions en partie courante et des déperditions par les ponts thermiques intégrés à cette paroi

UC :
Coefficient de déperditions thermiques d’une paroi, en partie courante, exprimé en W/m2.K.

Xylophage :
Insectes et champignons qui peuvent s’attaquer au bois et le consommer, tel que le capricorne des maisons, les lyctus, les termites, les vrillettes etc. (Qui se nourrit de bois)